Avenue des Géants ~ Marc Dugain


Avenue des géants est directement inspiré de la vie d'Edmund Kemper, un tueur en série qui a assassiné une dizaine de personnes, dont sa mère, au début des années soixante dix aux Etats-Unis. 

Dans ce livre, Edmund Kemper devient Al Kenner, un grand garçon de 2,20 mètres. On retrouve chez Al bon nombre des caractéristiques communes aux tueurs en série. Une enfance difficile largement due à la personnalité de sa mère, une femme névrosée qui n'avait de cesse de rabaisser son époux et qui n'éprouvait que peu d'amour pour ce gamin hors normes.

Pour se venger, Al prenait plaisir à décapiter les chats de concours de sa mère, sans doute parce qu'ils lui volaient l'attention et l'amour qui auraient dû lui revenir de droit. Ses premiers émois sexuels, Al les a vécu lors d'une fête foraine devant un spectacle où une jeune fille blonde se faisait décapiter. 

Adolescent, Al est envoyé chez ses grands parents, la nouvelle femme de son père ayant peur de lui. Sa grand-mère se révèle être aussi cruelle que sa mère, c'est pour ça qu'il finira par l'abattre, le grand-père aussi d'ailleurs, d'une balle dans le dos. Après une courte fuite en moto, Al finit par se faire attraper, il passe alors cinq ans en hôpital psychiatrique avant d'en ressortir, jugé sain d'esprit.

La suite de l'histoire, je vous laisse la découvrir.

Dugain est certainement l'un des auteurs français que je préfère. J'aime sa façon de s'approprier une histoire, l'Histoire même, pour en faire des livres forts qui nous poussent à réfléchir. Dans Avenue des Géants, il décortique les raisons qui ont poussé Al Kemper à tuer. Mais le livre va bien plus loin. Le lecteur se retrouve immergé dans une Amérique des années 60/70, en pleine révolution de ses mœurs : conservateurs d'un côté, hippies de l'autre avec pour toile de fond la guerre du Vietnam.

Dès le départ nous connaissons la fin. Pourtant, on se laisse facilement happer par le récit de cette vie dont l'issue semblait écrite dès le début. La mère d'Al le lui répète d'ailleurs depuis si longtemps : "Tu as le mal en toi Al, tu n'y es pour rien". Toujours est-il que, une fois plongé dans l'esprit de ce jeune homme étrange, on finit par ressentir une réelle empathie pour lui et presque à pardonner ses actes... 

Avenue des Géants de Marc Dugain
Aux éditions Gallimard
360 pages
Lu au format numérique 

Je profite de ce billet pour vous inviter à aller faire un tour sur le blog de Linette qui m'a gentiment demandé de répondre à quelques questions sur mon rapport à la lecture, ça se passe par ici. 

A suivre :










Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires:

diabazo a dit…

Il faut que j'essaye de trouver celui-ci, il a vraiment l'air prennant ! Merci pour cette découverte !

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je m'appelle Marie-Rose et je fais partie du site Confidentielles,

nous avons besoin de personnes pouvant etre Jury sur la littérature,

je sais que tu es fan de lecture et j'aimerais que tu en fasses partie.


Merci de ta réponse,

A très bientôt,

Marie-Rose

Elora a dit…

J'ai toujours hésité à lire un titre de Marc Dugain et ton billet m'encourage à passer le pas !

Enregistrer un commentaire